PNRL

Parc naturel régional de Lorraine decor

La flore

Je visite le Parc > Le patrimoine naturel du Parc > La flore

La flore

La diversité des milieux rencontrés sur le territoire du Parc naturel régional de Lorraine permet le développement d'une végétation variée.

Nous pouvons aujourd'hui estimer avoir recensé 1239 espèces et sous-espèces végétales dont 99 espèces protégées (national, régional et départemental).

Coteaux et pelouses calcaires

Les coteaux de Meuse et de Moselle, peu sujets aux brouillards et plus ensoleillés, furent très tôt déboisés et exploités. Ils sont favorables aux cultures arbustives et à la vigne, autrefois plus répandue et qui se maintient aujourd'hui dans les secteurs des côtes du toulois, de la Meuse et de la Moselle. Le vignoble, ailleurs, a cédé la place aux vergers de mirabelliers ou à la friche boisée.

Certains de ces talus, jadis exploités en pâturage mais peu à peu abandonnés, constituent aujourd'hui des sites à haute valeur biologique : les pelouses calcaires. Elles sont une véritable aubaine pour le naturaliste : flore et faune à affinité méditerranéenne, plantes d'éboulis et, bien sûr, de nombreuses espèces d'orchidées s'y rencontrent.

 

Salicorne

Mares salées

Le Saulnois, dans la partie Est du Parc, recèle une particularité : la présence de mares salées. Ces zones uniques en France continentale ne se trouvent qu'en Lorraine sur les bassins versant de la Nied et de la Seille. C'est sur le Parc, dans la vallée de la Seille, que les 300 ha de prairies halophiles et les 20 ha de mares salées sont les plus remarquables.

 

Autour des sources chargées en sel, se développe une végétation spécifique des prés salés, marquée à l'automne par les taches rouges de la Salicorne. On y trouve également le Triglochin maritime, l'Aster maritime, la Spergulaire maritime et  la Ruppie maritime.

Carex bohemica

Autour des zones humides

On observe une régeression générale de la flore particulière des zones humides semble évidente et les espèces suivantes sont maintenant en Lorraine considérées comme "rares" ou " intéressantes " : Limosella aquatiqua(Limoselle aquatique), Alisma gramineum (Plantain d'eau à feuillles de graminée), Potamogeton acutifolius(Potamot à feuilles aiguës), Potamogeton obtusifolius (Potamot à feuilles obtuses), Nymphoides peltata(Faux-nénuphar), Najas minor (Petite naïade), Senecio paludosus (Seneçon des marais), Carex bohemica (Laîche de Bohème), Ranunculus lingua (Grande douve), Teucrium scordium (Germandrée des marais), Scabiosa columbaria ssp. Pratensis (scabieuse des près), Ranunculus rionii (Renoncule de Rion)...

Aster Amellus

Sites themophiles et forêts


Les nombreux sites thermophiles et forestiers du Parc recèlent eux aussi de multiples merveilles végétales comme Aster amellus (Aster amel) et Campanula cervicaria (Campanule cervicaire) ou Laser trilobum (Laser à 3 lobes) pour les zones plus sèches.

Pas moins de 30 typologies forestières se découvrent entre plateaux et côtes au travers des hêtraies-chênaies de plaine (à Orme lisse), des hêtraies de plateau, des forêts thermophiles de versant (à Chêne pubescent …), des vallons forestiers froids, riches d'une flore relictuelle montagnarde.